top of page

La gestion des échecs en bodybuilding


Souvent, on entend la phrase facile et clichée:¨ Il faut échouer pour réussir!¨. C'est vrai et pas vrai à la fois! Tu peux réussir en apprenant des échecs des autres. Tu peux te coller à des mentors et éviter de faire les mêmes erreurs, de par leurs conseils, et ça va te permettre d'éviter bien des embûches et des échecs.


Par contre, les échecs enseignent et apportent quelque chose que l'expérience des autres ne pourra jamais t'apporter! Tu peux réussir sans te péter la gueule contre un mur, mais t'auras jamais le coeur d'un champion! Parce qu'un coeur de champion ne se défini pas par ses victoires, mais par le fait qu'il continue sans cesse de se relever après s'être pété la gueule... Ça c'est être un vrai champion!


Les échecs, ça ne te donne pas faim! Ça te rend affamé, ça t'enseigne l'humilité, le respect, la patience, la sagesse et le contrôle de soi.


30 Juin 2015, il s'agit de ma 3ieme année au championnat provincial en sélection pour les championnats nationaux. En 2012, j'ai terminé 3ieme place, 2014 2ieme et là je me dis, ça y est! Ça devrait être mon année. J'ai confiance en moi et j'ai soif de victoire, parce que ma mentalité c'était que si je ne fini pas 1er au provincial, à quoi bon de me rendre au national... Le jour de la compétition arrive et Fuckkkk... y'a un gars qui fait son retour et que je vois clairement comme rival. Malgré tout, je focusse sur moi et je donne mon 100% sur le stage. Au pré-jugement, je suis dans le milieu tout le long. Ça y est, c'est certain que je gagne!!


À la finale du soir, lors de la remise des prix... on m'appelle sur le stage pour la 2ieme place! Encore une autre année 2ieme.... Fuckkkkk à ce moment je suis ¨broke¨, toutes mes economies vont quasi dans le bodybuilding, alors je vois ça comme un énorme échec. Je fais comme si de rien était sur le stage, mais je suis vraiment dévasté. Pour moi, j'étais si proche.. faire le National, c'était mon objectif depuis 4 ans. Je me rend backstage, je m'asseois sur ma glacière  en mangeant un biscuit et je me mets dos à tout le monde. J'ai les larmes aux yeux et je m'imagine comme Kai Greene, backstage qui mange sa banane, alors que Phil Heath célèbre sa victoire sur le stage. 3-4 minutes plus tard, quelqu'un me tape sur l'épaule, c'est Henri Pierre Ano(ifbb pro). Il me dit tout simplement:¨ Hey man, tu sais que je n'ai jamais gagné un foutu provincial, juste continue de progresser... c'est ça qui compte et qui va te rendre où tu veux.¨


Une phrase qui était peut-être banale à ce moment pour lui, mais pour un kid comme moi, ça a fait toute la différence. Le lendemain j'étais au gym et j'me suis dit que le travail reprenait à l'instant si je voulais progresser. J'avais pas nécessairement faim, j'étais affamé comme un chien en cage! J'avais le feu et l'espoir que si je continuais de donner mon maximum, tout était possible et que ce n'était pas une simple position sur un podium qui allait me définir à jamais. 


2 juin 2017, Toronto pro qualifier, pire classement à vie. Je termine 7ieme sur un gros lot de compétiteurs, environ 30 gars... mais on s'en fou du nombre de gars, ce que tu vises c'est la 1ere place. 7ieme, pourtant cette année-là, bien naîvement, je me préparais pour faire Classic physique en me disant que j'avais peut-être des chances de gagner... Wowww, je ne fais même pas le poids en raison de ma grandeur qu'on avait mal calculé... Je fini 7ieme en bodybuilding Light heavy... Je me rends à mon classique restaurant d'après compétition, pour déjeuner au Denny's!


Je m'asseois à la banquette et qui est-ce que je vois arriver... Ronnie Coleman, avec ses béquilles qui s'asseoit à une petite table tout serré avec sa femme. Je me lève et j'avise Ronnie de prendre ma banquette. Lorsque je m'apprête à quitter, Ronnie me demande; ¨Hey man looks like you competed, how was it?¨ Je lui explique brièvement avoir fini 7ieme.. et Ronnie de rétorquer:¨AHHHH mannnn! You know I got a lotttt of 7th places you know! You just need to focus on one thing and it is you!¨


Cette compétition-là ,j'étais trop confiant. J'ai laissé des choses au hasard qui n'auraient jamais dû être, pourtant je n'avais rien accompli encore! Laissez-moi vous dire que l'année qui a suivi, je suis arrivé préparé... le mental était là, les workouts étaient insane et 2019 ça a été le début d'une série de victoires, parce que j'avais appris ce que j'avais à apprendre pour gagner. Rien n'est arrivé pour rien!


2019: mon premier Overall winner bodybuilding et most muscular awards

2021: 1ere place lightheavies

2022: 1ere place lightheavies et 4ieme north american

2023: 1ere place Heavies, Men's Overall winner et obtention de ma carte ifbb pro


Pourquoi je vous raconte tout ça? Ce n'est pas pour me vanter loin de là, mais pour vous faire voir que pour gagner, ça prend un coeur de champion et pour l'obtenir, selon moi, ça prend des échecs, des montagnes russes d'émotions pour en venir à vous forger, mériter vos victoires et surtout être capable de les gérer.


C'est très difficile de gérer des échecs, mais une chose est certaine, il faut être capable de bien gérer les échecs pour bien gérer les victoires!

4 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Kommentare


bottom of page